:: Le jeu :: La classe E :: Salles de cours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment faire entrer Koro-sensei en dépression || PV Balty ❤

avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2017

Feuille de personnage
Connaissances:
40/500  (40/500)
Agilité/Souplesse:
63/500  (63/500)
Rapidité / Précision:
63/500  (63/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Yamiko Deku
Co-fondatrice
Mer 12 Avr - 11:08
J'escalade la haute montagne en direction du bâtiment de notre classe. Durant un instant, je m'arrête et fixe la falaise qui plonge à pic vers le sol de pierre. Je songe à sauter, mais un autre élève arrivé derrière moi et la colère pénètre en trombe dans mon esprit. Se venger ou se suicider... Une question à laquelle je n'obtiendrai sûrement jamais de réponse. Je sais juste que je ferais l'un des deux.
Arrivé en haut, je me met dans un coin, attendant la sonnerie qui indique le début du cours. Elle retentit enfin, me libérant de cet élève venu me parler. Je ne lui ai pas répondu, ça l'a énervé mais j'm'en fous.
Koro-sensei nous salue lorsque nous entrons avant de lancer à la cantonade:

« Bien ! Maintenant nous allons faire l'appel. Préparez vos armes. »

Je la sors et vérifie qu'elle est bien chargée. Je me mets en position et quand Koro-sensei crie le premier nom j'appuie sur la gâchette et les balles commencent à fuser dans toute la classe. Quand mon nom arrive, je ne réponds pas mais Koro-sensei sait que je suis là. J'aime pas parler ça m'soule.
Je profite de ce moment pour me défouler. Je tire dans tous les sens vers notre professeur, sans m'arrêter. La colère que je ressens est immense et j'ai besoin de la faire surgir.
Quand Koro-sensei a fini l'appel, nous posons nos armes et nous nettoyons la classe.
Je retourne à ma place à côté d'une fille à qui je n'ai jamais parlé.
Le prof choisi de commencer par un cours d'art. Il nous donne le sujet de sa voix forte:

« Alors pendant ce cours vous allez devoir représenter la beauté des poulpes dans leur milieu de vie naturel, sous la mer. Vous pouvez utiliser tout ce que vous voulez.»

Toute la classe se met à râler, disant que le sujet est trop compliqué. Je me tais et sors mon matos. Je sais que je ne vais arriver à rien mais bon. Ça m'inspire fait peut être pour trouver une nouvelle méthode de tuer Koro-sensei ou moi.
Je commence à dessiner sur ma feuille une sorte de poulpe qui ne ressemble à rien. Je saisis ma gomme et efface les traits. Mon coude cogne un pot rempli d'eau placé entre ma voisine et moi. Le pot de renverse et trempe la feuille de la fille. Elle me jette un regard de braise mais je l'ignore et continue de gommer. Je recommence mon dessin tandis que la fille vocifère à côté de moi, mais je suis ailleurs et je n'entends même pas ses paroles. Je trace des trucs jaunes dans tous les sens, sans rien avoir en tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 13
Localisation : Derrière toi ...

Feuille de personnage
Connaissances:
55/500  (55/500)
Agilité/Souplesse:
58/500  (58/500)
Rapidité / Précision:
17/500  (17/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Akane Uzumaki
Co-fondatrice
Mer 12 Avr - 12:01
Un nouveau jour se lève, comme si les autres n’étaient pas suffisants. Tu es en rogne, et tu penses probablement le rester jusqu’à la fin de ta vie. Le son assourdissant de ton réveil vient détruire tes pauvres tympans, et tu envoies valser cette machine du diable à l’autre bout de ta chambre. Ton uniforme t’attend sur ta chaise de bureau, et tu y jettes un bref coup d’oeil. Après les légères modifications que tu lui avais apporté, elle était plus classe et décontractée, tout ce que tu aimes en fin de compte. Tu avais raccourci un peu la jupe, pour pouvoir mettre tes collants noirs en dessous, et elle était désormais tellement modifiée qu’on croirait un short. Ensuite, tu avais laissé ta cravate au fin fond de ton placard, pour ne plus avoir à l’utiliser. Elle est moche, et elle te rend niaiseuse. Rien que de penser à elle, ton imagination te fait ressentir un tissu te serrant fort autour de ton cou. Le chemisier de ton uniforme, tu l’as étiré afin qu’il soit parfaitement comme tu le voulais. Tu jettes un vil coup d’oeil à l’heure sur ton smartphone, et aperçoit qu’il est assez tard. Tu auras tout juste le temps de passer sous la douche pour enfiler ton uniforme et courir à toute vitesse jusqu’à ta classe. L’horreur, ce serait lorsque tu devras escalader cette montagne à la noix. Pourquoi les élèves du bâtiment principal échappent-ils à cette torture ? La pédagogie du directeur. Tu pousses un long soupir, avant de te précipiter dans la salle de bain, affaires en main. Sous le doux écoulement de l’eau sur tes épaules, tu observent les bleus et contusions qui parcourent ton corps mince et frêle. Heureusement, ce matin, ton père n’est pas là, il n’aura donc pas à te faire du mal. Tu nettoies vite fait ton corps, avant d’enfiler ton uniforme modifiée. Ils n’auraient rien à te dire, ce n’est pas marqué dans le règlement que l’on avait pas le droit à changer son uniforme, tant qu’on la portait. Enfin, tu n’as pas vraiment lu le règlement intérieur sérieusement, alors … Peu importe, tu descends quatre à quatre les marches d’escalier, ouvres un placard et attrapes des biscuits chocolatés. Tu prends ton sac sur une épaule, et commence à te diriger vers le collège Kunugigaoka, tout en commençant à manger tes gâteaux. Tu enfonces tes écouteurs dans tes oreilles, et mets ta playlist à fond. Cela permet de te faire évacuer cette haine en toi, juste en entendant des mélodies. Tu soupires un bon coup lorsque tu te retrouves en face de cette montagne escarpée et rocheuse. Ta soeur n’est pas là avec toi pour venir en cour aujourd’hui, elle est malade. Tu te chargeras de prévenir Koro-sensei. Tu commences à monter cette ignoble roche, et vu que tu n’es pas très endurante, ton souffle se fait de plus en plus court, et tu crains d’abandonner avant d’arriver en haut. Une forte envie de sécher les cours te prend, mais tu te retiens en pensant à ce qu’allait dire ton père. Un long frisson te parcourt lorsque tu penses à cela, mais rien de plus. Tu scrutes un élève plutôt mignon fixer la falaise plongeante vers le vide. Étrange, tu ne sais rien de ce qu’il pense, mais vu l’expression de son visage, il ne doit pas être très amical et joyeux. Tu montes, continuant ce dur périple, et tu arrives enfin, alléluia. Tu remarques encore une fois le jeune homme, dans un coin du bâtiment. Tu vas aussitôt vers lui, pour lui parler et tenter d’engager la conversation. Il a l’air au fond plutôt sympa, qui sait, peut-être que vous vous entendriez bien. Alors que tu commences à le saluer, tu t’aperçois qu’il ne t’écoute pas, d’ailleurs, il ne te répond même pas. Tu fronces les sourcils, colérique, et entend la sonnerie qui retentit. Tu t’éloignes de lui, pour te diriger vers l’entrée du bâtiment. Tu pénètres dans l’enceinte, et tu vas t’asseoir au fond, tout au fond, là où tu es paisiblement et confortablement installée, il ne manquerait plus qu’un oreiller et ce serait parfait. Koro-sensei, ce poulpe jaune horripilant, nous salue, puis de sa forte voix nous déclare :

« Bien ! Maintenant nous allons faire l'appel. Préparez vos armes. »

Tu sors ton pistolet, chargé comme toujours, puis te mets en position. Tu aimerais bien faire usage de ton poignard au lieu de cette arme à feu, mais c’est peine perdue. Tu n’arriverais pas à suivre la cadence des balles Anti-Koro des autres. Tu n’es vraiment pas forte au niveau tir et lancer. La précision est ton gros point faible, et tu en as conscience. Puis Koro-sensei scande le premier nom, et tout le monde, en pure et simple synchronisation, appuie sur la gâchette. Les balles fusent à une vitesse incroyable dans la salle, et les tiennes sont juste imprécises. Tu fais la grimace en voyant que celles-ci arrivent en plein dans le mur. Tu entends le nom d’un garçon, Yamiko Deku. C’est lui qui fixait la falaise, lui qui ne te répondait pas. Il est tellement mystérieux … Peut-être est-il muet, car il ne répond pas à Koro-sensei, et laisse le vent et le bruit des balles faire leur travail.

« Akane Uzumaki ?
- Aye !
- Hinata Uzumaki ?
- Pas là, elle est malade.»

Puis l’appel se finit comme il avait commencé, et nous posons tous nos armes, dégoûtés de ne pas avoir réussi à toucher un tentacule de ce foutu poulpe. Nous commençons à nous baisser pour ramasser les billes rose fluo qui jonchent le sol, tout en esquissant des grimaces maussades. Yamiko se place à côté de toi, et vous restez silencieux. Le poulpe annonce ensuite un cours d’art :

« Alors pendant ce cours vous allez devoir représenter la beauté des poulpes dans leur milieu de vie naturel, sous la mer. Vous pouvez utiliser tout ce que vous voulez. »

Tout le monde commence à maugréer sur leur sort, et tu ne peux pas t’empêcher de faire la grimace tout en lançant un “Pff” rageux. Tu sors tes affaires, et prends une feuille blanche. Ca va, tu es plutôt douée dans cette matière. Tu prends de l’encre de chine, pour commencer à tracer un long tentacule. Tu en es plutôt satisfaite, il est vraiment réaliste. Tout en souriant bêtement devant ton oeuvre, tu sens un liquide le recouvrir, et te mouiller l’uniforme. C’est le coude de Yamiko qui avait percuté un pot rempli d’eau placé entre vous deux. Tu lui jettes un regard brûlant et haineux, mais lui ne réagit pas et continue de dessiner. Il allait voir ce qu’il allait voir ce petit prétentieux. Tu adoptes un sourire carnassier, et lances :

« Ca te dérangerait d’t’excuser bouffon ? »

D’un geste de colère, tu prends ton pot d’encre de chine, et tu le renverses sur la feuille de ton voisin avec un large sourire provocateur. Oh oui, tu allais lui en faire voir de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, quelle jolie comparaison.

_________________


Akane x Yamiko :

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2017

Feuille de personnage
Connaissances:
40/500  (40/500)
Agilité/Souplesse:
63/500  (63/500)
Rapidité / Précision:
63/500  (63/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Yamiko Deku
Co-fondatrice
Mer 12 Avr - 13:28
Je dessine un œil dont je suis plutôt fier. Je sens que Akane bouillit à côté de moi mais je ne réagis pas. Elle me lance d'un ton haineux:

« Ça te dérangerait d’t’excuser bouffon ? »

Je hausse les épaules et continue mon dessin quand je vois une flaque noire s'étendre sur ma feuille. Avant qu'elle ne touche mon poulpe j'attrape un mouchoir et je l'empêche de continuer. Je saisis le pinceau d'Akane et modifie la tache afin qu'elle forme une sorte de nuage, censé représenter l'encre que crachent les poulpes ou les pieuvres. Ça me fait penser à l'essence et je me dis qu'avaler de l'essence c'est bien pour se tuer.
Je prends un pinceau et de la peinture bleue pour la mer avant de remarquer que l'encre à sali mes habits. Je me tourne vers la fille, une envie de tuer dans le regard. Je lève le pinceau, le trempe dans la peinture jaune qui s'ajoute à la bleue et je fais une grosse tâche sur la chemise d'Akane. Un sourire dévastateur s'étire sur mon visage et j'en rajoute sur sa veste.
Koro-sensei rapplique et il dit d'une voix lasse:

«Calmez vous les enfants. Vous n'avez plus l'âge de vous disputez pour ça !»

Il rajoute pour essayer de nous détendre, en vain:

«D'ailleurs vous êtes bien partis ! Vos œuvres sont très réussies.»

Je rigole intérieurement. J'avais mis plein d'eau dans la peinture et celle-ci commence à descendre sur la hauteur de la chemise d'Akane, traçant un motif en forme d'algue bizarre. Elle ne se rend compte de rien, cherchant un moyen pour m'embêter.
Sur mon dessin j'ajoute des algues avec la peinture que j'ai utilisé sur Akane.

_________________


Meurci Balty :
Blblblblbl les p'tits namoureux **:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 13
Localisation : Derrière toi ...

Feuille de personnage
Connaissances:
55/500  (55/500)
Agilité/Souplesse:
58/500  (58/500)
Rapidité / Précision:
17/500  (17/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Akane Uzumaki
Co-fondatrice
Mer 12 Avr - 17:42
Tu observes avec ce même sourire énervant l'encre se verser sur la feuille, et ronger le papier. Ton voisin de table prend un mouchoir pour empêcher l'encre de continuer son chemin jusqu'au poulpe dessiné. C'est vrai que le dessin est plutôt réussi, mais tu le voyais mieux avec un peu d'encre de Chine. Il saisit ton pinceau pour apporter des modifications à la tâche. Elle prend soudain une forme de nuage, et tu t'imagines aisément qu'est ce que cela représente. Tu t'imagines le poulpe cracher de l'encre meurtrière sur ceux qui piétinent son territoire. Pendant que le jeune homme continue son dessin, tu remarques qu'il a de l'encre sur les habits, et tu pouffes de rire. En vérité, ça ne rend pas moche l'adolescent, justement, ça lui donne ce petit côté ... Sexy ? Tu secoues la tête à cette pensée, en émettant un petit rire sarcastique. Yamiko remarque enfin la souillure sur son uniforme, et son regard se détourne vers toi, pour te fusiller d'un éclair meurtrier. Tu le vois tremper son pinceau empli de peinture bleue dans la peinture jaune, pour approcher dangereusement la pointe de ton habit. Il fait glisser son pinceau sur ton vêtement pour apporter une trace en plein milieu de ton uniforme. Yamiko t'observe avec un sourire apocalyptique sur le visage. Et il en rajoute sur ta veste. De toute façon, ça ne sert plus à rien de te défendre, tu es déjà peinturlurée de toutes faces. Si ton père voit ça, tu vas littéralement te faire massacrer. Il va falloir que tu ailles laver ton uniforme à la laverie près de chez toi, pour que tout passe inaperçu. Comme si tu étais riche et que tu n'avais que ça à faire de payer pour laver tes vêtements afin d'échapper à ton géniteur ... Et l'autre poulpe qui débarque pour ne rien arranger :

« Calmez vous les enfants. Vous n'avez plus l'âge de vous disputez pour ça ! »

Qu'est ce qu'il peut-être horripilant quand il veut ce monstre. Koro-sensei vous scrute avec ce sourire de smiley habituel, pour enfin poser son regard sur vos travaux. En fin de compte, avoir renversé ces pots avait embelli votre travail plus que vous ne le vouliez. Le visage de Koro-sensei devient rose, et il en profite pour dire :

« D'ailleurs vous êtes bien partis ! Vos œuvres sont très réussies. »

Tu prends ça comme un simple compliment, et tu hausses les épaules, tout en fusillant ce débile de Yamiko du regard. Tu cherches un moyen de te venger de ce bouffon aux grands airs, mais tu n'en trouves pas. Mieux encore, tu ne t'aperçois pas de la peinture pleine d'eau qui commence à former un semblant d'algue sur ton chemisier. Bien entendu, tu te rends compte un peu après de ce "dessin". Folle de rage, tu contemple le même motif sur la feuille de Yamiko. Prise d'un excès de colère, tu attrapes le col du jeune homme pour le plaquer contre le mur le plus proche. Tu hurles avec tout le grain de ta voix :

« Tu m'as pris pour une palette ou quoi ? Tu te rends compte combien je vais devoir payer pour laver ce foutu truc avant qu- »

Avant que quoi ? Avant que ton père le remarque ? Tu as coupé ta phrase juste à temps. Tu ne pousses pas un soupir de soulagement, cela pourrait paraître étrange aux yeux des autres, mais en toi, ce sentiment se fait ressentir. Des flammes ardentes dans ton regard, tu brandis ton poing en l'air jusqu'à côté de la tête de l'autre imbécile, pour lui mettre un coup qu'il ne sera pas prêt d'oublier. Alors que tu t'apprêtais à frapper de toutes tes forces Yamiko, un tentacule te retient. Tu entends le bruit caoutchouteux des tentacules de Koro-sensei sur le parquet de la salle, et tu sens sa présence juste à tes côtés. Tout les regards de tes camarades s'étaient tournés vers Yamiko et toi pour voir ce qu'il se passait. La voix sermonnante du poulpe retentit de nouveau :

« Akane-chan, lâche-le.
- Comme si j'allais t'écouter foutu mollusque.
-  Lâche Yamiko-kun.»

Après avoir nettement foudroyé de tes yeux bleus clairs ton interlocuteur, tu desserres ton étreinte sur Yamiko. Et tu restes en face de Yamiko, tes yeux fondant dans les siens, tes mains tremblantes de nervosité, ton front plissé d'une colère sourde. Tu détournes ton regard, avant d'attraper ta feuille de dessin. Tu observes une dernière fois ton dessin brouillon à cause de l'eau versée. Tu prends la feuille dans tes mains, en fait une boule humide, et la lances à l'autre bout de la salle. Enfin, tu jettes un dernier coup d'oeil à Yamiko avant de répliquer :

« C'est bon, tu es content comme ça ? »

Oui, tu t'es énervée vite au point d'en perdre tout tes moyens, et alors ? Cet imbécile n'avait qu'à pas te chercher. Au final, il avait comme gagné la bataille, mais toi, tu n'as pas de temps à perdre avec ça. Tu as gâché ton dessin juste pour qu'on te lâche la grappe en le froissant, et bien tant pis, tu recommenceras. Normalement, ça aurait été son dessin que tu aurais abîmé, pas le tien. Mais sous le coup de la colère, tout devient comme noir et froid. Tu n'as plus envie de rien, si ce ne serait que de vouloir tout détruire. Tu ne prends pas le temps de savoir quoi appartient à qui. Tu abîmes, tu tapes, tu massacres. Quelques uns pourraient dire que c'est abusé de te mettre en colère pour une uniforme tâchée. Mais non, c'est même très indulgent. Tu sais très bien ce qui t'attend si tu rentres comme ça, tu sais très bien que ton père t'attend. Il te semble entendre Koro-sensei dire quelque chose, mais ta colère est tellement sourde et forte que tu n'écoutes pas. Tu as juste envie de balancer ton bureau de toutes tes forces pour t'en aller en courant. Tu détestes le poulpe, tu détestes tout le monde sauf Hinata, tu détestes ta vie et surtout, tu détestes ce sentiment de haine qui te contrôle ...

_________________


Akane x Yamiko :

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2017

Feuille de personnage
Connaissances:
40/500  (40/500)
Agilité/Souplesse:
63/500  (63/500)
Rapidité / Précision:
63/500  (63/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Yamiko Deku
Co-fondatrice
Jeu 13 Avr - 19:18
Koro-sensei repart et quelques instants pour tard je me retrouve plaqué contre le mur, la main d'Akane tenant fermement mon col. J'en profite pour la regarde de plus près, avant de me figer complètement. Ce regard... C'est le même que son regard. Un étau de douleur enserre ma poitrine et mon cœur vacille entre trois émotions: l'amour, la haine et l'incompréhension. Je déglutis difficilement et je n'entends plus les phrases des personnes alentours. Je suis comme bloqué et je ne cherche même pas à me débattre. Mon regard est fixe, coincé sur le visage d'Akane.
Elle me lâche soudainement et je ressens la même chose quand je reprends ma respiration après être resté en apnée. Je retourne à ma place, un peu tremblant et bien décidé à ne pas décrocher un mot.
La douleur encore présente m'étouffe alors que je retourne à mon dessin. Akane me lance d'un ton haineux:

« C'est bon, tu es content comme ça ? »

Mon regard se voile et je replonge dans mes souvenirs. Mon cœur est brisé, je le sais mais Akane non, sans le savoir elle me blesse encore plus. Tout en dessinant je jette de discrets regards à Akane. Une immense tristesse s'y lit à celui qui saura décrypter.
La sonnerie retentit et je sors de la classe, me dirigeant seul vers mon coin habituel, pas très loin d'une falaise. Je sens un regard peser sur mes épaules mais je ne me retourne même pas.

_________________


Meurci Balty :
Blblblblbl les p'tits namoureux **:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 13
Localisation : Derrière toi ...

Feuille de personnage
Connaissances:
55/500  (55/500)
Agilité/Souplesse:
58/500  (58/500)
Rapidité / Précision:
17/500  (17/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Akane Uzumaki
Co-fondatrice
Jeu 13 Avr - 20:08
Après t’être assise, avec cet étrange sentiment qui fait devenir ta bouche pâteuse et
sèche. La haine, la violence, la colère et … ? Un autre, tu ne sais pas qu’est-ce que c’est. Tu te renfrognes de t’être laissée faire. Oui, tu n’avais pas réagi comme d’habitude, tu avais laissé cet imbécile de Yamiko s’en tirer, tu avais écouté Koro-sensei. Jamais auparavant tu n’avais fait ça. Etrange pas vrai ? Tu reprends une feuille de dessin dans ton sac, et repêche également un pot d’encre de chine. Tu avais gâché un pot entier juste pour faire payer à cet idiot, et au final, c’était toi qui t'étais comme fait battre. Tu reste blasée, et ta mine s’assombrit facilement. Pendant tout le long du cour, tu caches ta tête du regard des autres, les yeux rivés sur ta feuille, et tu continues de dessiner. Tu refais un tentacule, mais cette fois, des gouttes s’échappent de son extrémité. Du sang, ou de simples larmes, tu ne saurais dire. Et tu sens de plus en plus souvent les regards de Yamiko foncer sur toi, et tu sens de plus en plus souvent ce sentiment de je ne sais quoi t’envahir. Et en grande curieuse, tu croises une ou deux fois son regard. Même en le scrutant qu’à peine une seconde, tu peux y lire de la tristesse. Mais tu détournes le regard, atterrée, et tu te reconcentres sur ton dessin. Pourquoi es-tu si triste toi aussi ? Ce n’est pas ton genre, mais alors pas ton genre du tout … La sonnerie retentit de nouveau, te brisant les tympans une fois de plus, comme si ton réveil de ce matin n’avait pas été suffisant. C’est l’heure de manger, tant mieux. Tu t’apprêtes à sortir ton bento pour manger, quand tu t’aperçois que tu l’as oublié chez toi. Tu lances violemment ton sac contre le pied de ta table, puis tu sors de la classe en trombe, dans un élan de véhémence. Tu vois Yamiko sortir lui aussi, pour se diriger vers le coin de tout à l’heure, près de la falaise. Tu le suis et poses ton regard sur lui, avant de murmurer lentement :

« Je suis désolée pour tout à l’heure, je n’aurais pas dû m’emporter comme ça. »

Toi, t’excuser ? C’est vraiment, mais alors vraiment pas toi. Tu sais pas ce qui t’a pris, mais tu as juste suivi ton instinct. Tu détournes le regard vers tes chaussures, pour les fixer intensément, gênée. Puis tu lèves les yeux, et t’assieds à côté de Yamiko, tout en le fixant. Oulah, ton honneur vient d'en prendre un grand coup soudain. Tu balances tes pieds au-dessus de la falaise, rythmant à la perfection ta respiration saccadée.

_________________


Akane x Yamiko :

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2017

Feuille de personnage
Connaissances:
40/500  (40/500)
Agilité/Souplesse:
63/500  (63/500)
Rapidité / Précision:
63/500  (63/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Yamiko Deku
Co-fondatrice
Dim 16 Avr - 18:37
Entendant les pas d'Akane devenir de plus en plus proches je me retourne en silence. La jeune fille parait hésiter puis me dit:

« Je suis désolée pour tout à l’heure, je n’aurais pas dû m’emporter comme ça. »

J'étire mes lèvres en un sourire triste avant de marmonner:

- C'pas grave, j'ai été stupide moi aussi.

C'est la première fois que je lui parle réellement. En tout cas, c'est la première fois  à qu'elle entent  ma voix. Ma salive se bloque dans ma gorge et je détourne le regard. Je sens un mouvement et je regarde entre mes cheveux. Quand j'aperçois Akane s'assoir à côté de moi, mon pouls s'accélère et du rouge vient teinter mes joues. Je me cache derrière mes cheveux, en silence. Sans comprendre vraiment pourquoi j'avais ainsi, je sors un mouchoir de ma poche et je l'humidifie avec ma bouteille avant de frotter la chemise d'Akane. Je rougis de plus belle, troublé. Sa proximité inhabituelle me rend nerveux, mes mains tremblent. Toute envie de me venger ou de me suicider me quitte et durant cet instant, je ne sais plus quoi penser de la jeune fille.
Une fois que j'ai fini, mes joues me brûlent. Je fais semblant de chercher un truc dans mon sac en espérant qu'elle ne remarquera rien.

_________________


Meurci Balty :
Blblblblbl les p'tits namoureux **:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 13
Localisation : Derrière toi ...

Feuille de personnage
Connaissances:
55/500  (55/500)
Agilité/Souplesse:
58/500  (58/500)
Rapidité / Précision:
17/500  (17/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Akane Uzumaki
Co-fondatrice
Dim 16 Avr - 19:20
Les lèvres de Yamiko s’étendent en un simple sourire pourtant teinté d’une tristesse sourde. Tu restes bouche bée, observant le jeune homme devant toi. Cette si triste émotion qui se lit nettement sur son visage, dans son regard. Tu baisses les yeux pour ne plus avoir à supporter toute cette tristesse dans les traits de Yamiko. Puis tu l’entends murmurer, pour la première fois :

“C'pas grave, j'ai été stupide moi aussi.”

Et c’est pour toi aussi la première fois que tu souris devant ce jeune homme si troublant. C’était étrange d’entendre pour la toute première fois le son de la voix de Yamiko. Elle t’enivre presque. Puis vous détournez tout deux le regard, gênés. Tu déglutis difficilement. Tu es toute gênée à l’idée qu’il ne soit qu’à quelques centimètres de toi. Malgré que le visage du jeune homme soit caché par ses cheveux, tu metterais ta main à couper que quelques rougeurs teintent ses pommettes. Puis, lorsque tu t’aperçois que Yamiko est vraiment proche de toi, tes joues s’empourprent, et ton coeur bat soudain plus fort. Il te fait de l’effet, et sans le vouloir, tu en es affligée. Tu tentes de te cacher derrière tes cheveux, dans le seul espoir qu’il ne voit pas tes marques de rougeur au niveau des joues. Puis Yamiko sort un mouchoir de sa poche, pour l’humidifier avec une bouteille. Il prend le tissu mouillé, et l’applique sur ta chemise, essuyant la tâche qu’il t’avait fait auparavant. Tes joues rougissent encore plus, et ton coeur manque soudain un battement. Il frotte doucement ta chemise, et ton coeur ne cesse de frapper ta cage thoracique avec effet, esquissant bond après bond, pirouette après pirouette. Ton organe vital cogne fort dans ta poitrine, au point de s’arracher de ton corps. Tu apprécies ce contact si doux, si agréable. Tu ne veux pas que quelque chose ou quelqu’un le brise. Pourtant, le jeune homme qui fait anormalement battre ton coeur plus vite se baisse et cherche quelque chose dans son sac. Tu es quelque peu décue, ce contact, tu l’appréciais trop à ton goût. Un sentiment parfumé mais pourtant douloureux enserre ta poitrine tel un étau. Tu en as presque les larmes aux yeux, tu luttes pour qu’elles ne fleurissent pas dans ton regard, ça te fait si mal. Mais … Pourquoi ? Pourquoi tu as soudain si mal ? Pourquoi le savoir si proche de toi te fait souffrir ? Tu sais presque la réponse, mais tu ne veux pas l’avouer. Tu as l’impression que tout ton corps prend feu, et se consume petit à petit. Surtout là où le mouchoir a effleuré le doux tissu de ton uniforme. Alors que ta main était posée sur ton genoux, tu viens la placer derrière ta tête, mais elle effleure malencontreusement la joue de Yamiko en même temps, et la sensation de brûlure en ton esprit se fait encore plus forte. Toute gênée, tu paniques vite et dégages ta main de la peau du jeune homme d’un geste. Pourquoi ? Pourquoi ? Pour-quoi … Ton regard se baisse sur le sol, et tu ne sais quoi faire. Tu n’as pas apporté à manger dans la précipitation, et ton ventre grogne de mécontentement. Ok, ok, tu as faim. Tu te sens soudain toute honteuse, tu n’as plus qu’à retourner en classe attendre le début des cours. Tu prends une impulsion, pour d’une pirouette spectaculaire, atterrir debout derrière Yamiko. Tu prends sur toi pour déclarer doucement au jeune homme :

J-je vais y aller, je n’ai que ça à faire, que d’attendre en classe le début des cours. A-A toute à l’heure …

Tu lances un dernier regard derrière ton épaule, puis tu commences à partir. Est-ce possible de tomber amoureuse d’un gars qui vous fait souffrir plus qu’autre chose ? Est-ce possible de ressentir ce sentiment si tôt appelé … Amour ?

_________________


Akane x Yamiko :

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2017

Feuille de personnage
Connaissances:
40/500  (40/500)
Agilité/Souplesse:
63/500  (63/500)
Rapidité / Précision:
63/500  (63/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Yamiko Deku
Co-fondatrice
Dim 16 Avr - 19:51
Je jette un coup d'œil à Akane, tout en continuant de "chercher". J'aperçois sur son visage une étrange expression, comme si elle souffrait. Je me redresse pour mieux voir mais elle lève sa main, qui frôle ma joue. Je me fige et mon cœur bat à toute vitesse, tandis que des papillons s'envolent dans mon estomac. J'ai l'impression d'être aussi rouge qu'une tomate, même plus. Je suis tellement troublé que ma tête tourne. Je manque de tomber et me ressaisis quand j'entends le ventre d'Akane gronder. Elle se tourne vers moi et souffle:

J-je vais y aller, je n’ai que ça à faire, que d’attendre en classe le début des cours. A-A toute à l’heure …


Elle commence à s'éloigner mais je l'écris en hésitant:


- Attends... Tu... Tu n'as pas faim ? Si tu veux on peut partager mon bento... Je... C'est moi qui l'ai fait...


Je sors la boîte de mon sac et l'ouvre, dévoilant des sushis, du riz et deux petites brochettes de porc pané. Je lui tends la boîte en disant:


- Vas-y, prends ce que tu veux. 


Mon cœur bat tellement fort que j'ai peur qu'elle ne remarque les mouvements de ma poitrine. J'ai invité Akane à partager mon bento... Je suis tellement étonné de moi même... 
Une fois qu'elle a choisi, nous commençons à manger. Je mange en compagnie d'Akane, mon cœur bat toujours aussi fort et le trouble perturbe mes pensées.

_________________


Meurci Balty :
Blblblblbl les p'tits namoureux **:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 13
Localisation : Derrière toi ...

Feuille de personnage
Connaissances:
55/500  (55/500)
Agilité/Souplesse:
58/500  (58/500)
Rapidité / Précision:
17/500  (17/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Akane Uzumaki
Co-fondatrice
Lun 17 Avr - 9:04
Alors que tu commences à partir doucement, avec toujours cette pointe douloureuse enrobée de miel plantée dans le coeur, le cri pourtant hésitant de Yamiko t'interpelle :

« Attends... Tu... Tu n'as pas faim ? Si tu veux on peut partager mon bento... Je... C'est moi qui l'ai fait... »

Tu rougis en découvrant cette marque d'attention. Tu ne le savais pas comme ça, aux premiers abords, il semblait plutôt renfermé et froid. D'ailleurs, il venait une nouvelle fois de parler. L'euphorie qui s'emmêle à ton esprit cause du tord à cette épine dans ton esprit. Pourquoi tu souffres ? Tu ne sais pas ... Même ton père te cause moins de douleur qu'en ce moment. Et pourtant, quand il te bat, quand il bat Hinata, ça ne te touche pas que physiquement, mais aussi psychologiquement. Tout les bleus et blessures qui parsèment ton corps te font souffrir, certes, mais pas autant que de voir Hinata éprouver cette même douleur. Tu tiens tête à ton père, mais tu ne sais pas tenir tête à cette souffrance qui te torture. Tu crois que tout les garçons sont pareils que ton père, tous les mêmes. C'est peut-être pour cela. Ça te fait mal de te contredire, de te dire que tous ne sont pas comme ton géniteur. Tu t'es trompée sur le cas de Yamiko, au départ, il semblait être la même ordure, mais là ... Tu l'observes sortir une boîte de son sac, et l'ouvrir. Soudain, des étoiles se mettent à briller briller dans tes yeux. Le contenu te fait baver d'envie, des sushis, du riz et deux brochettes de porc pané. Et en plus, ce serait lui qui les a fait ... En ce moment, tu dévores la nourriture du regard avec admiration. Ce que tu manges chez ton père ? Tout juste à ta faim. Tu as le strict nécessaire pour survivre, rien de plus. Tu n'as jamais goûté aux sushis, ni au porc pané, à part peut-être avec ta mère. Mais ça ... De nouvelles larmes fleurissent dans ton regard mais tu n'en laisses rien paraître. Tu te souviens très bien avoir déjà mangé des sushis en sa compagnie, avec Hinata. Tu avais même adoré, et tu n'en avais plus jamais mangé après. Il te tend la boîte en te déclarant :

« Vas-y, prends ce que tu veux. »

C'est cette générosité qui fait fondre ton coeur, et qui fait augmenter la vitesse de ton pouls. Tu attrapes les sushis, et les déposes sur un mouchoir de ta sacoche. Tu laisses tes jambes pendre dans le vide de la falaise, et tu prends un sushi plutôt gourmand. Tu le portes à ta bouche, et lorsque tu croques dans le mélange savoureux de riz et de poisson, l'aiguille de miel revient dans ton esprit. C'était savoureux, mais la pensée de ta mère t'obnubile. Tu en reprends, puis tu finis ta part. La douleur est tellement vive, la nostalgie surtout. Cette fois-ci, c'est plus fort que toi, tu ne peux pas contourner la douleur à laquelle tu fais face. Les larmes te montent facilement aux yeux, et bordent ceux-ci. Puis l'eau salée accumulée déborde, pour commencer à couler le long de tes joues. Combien de temps que tu n'avais plus pleuré ? Depuis une dizaine d'année. Les larmes dévalent ton visage en cascade, pour s'écraser ensuite sur le sol. Elles te soulagent en même temps. Mais tu t'étais promis de ne plus pleurer. Un léger hoquet franchit la barre de tes lèvres, et tu sais que ce n'est pas passé inaperçu aux yeux de Yamiko. Tu t'en fiches, il fallait que ça sorte. De ta manche, tu essuies tes larmes à grande peine, puisqu'elles continuent de couler, mais plus nombreuses cette fois. Tu relèves la tête, et te décides à jeter un bref coup d'oeil à Yamiko, avant de balbutier :

« E-Excuse moi ... »

Qui aurait cru que ça ferait si mal ? Si mal de subir cette nostalgie infime ? Si mal de devoir repenser à ta mère à cause d'un stupide aliment, mais qui a tout son sens ? C'est avec les yeux embués de larmes que tu sanglotes, parcourue de soubresauts. Tu voudrais juste qu'on te réconforte, sans qu'on te pose de questions ...

_________________


Akane x Yamiko :

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 10/04/2017

Feuille de personnage
Connaissances:
40/500  (40/500)
Agilité/Souplesse:
63/500  (63/500)
Rapidité / Précision:
63/500  (63/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Yamiko Deku
Co-fondatrice
Lun 17 Avr - 12:06
Akane prend quelques sushis et les place sur sa serviette. Je saisis une brochette et nous commençons à manger, sans bruits. Je m'apprête à prendre un peu de riz quand je remarque que des larmes coulent sur les joues d'Akane. Elle hoquette. La tristesse qui se lit sur son visage m'emplit de peine. Je tente de lui demande ce qu'elle a mais l'émotion bloque mes paroles. 
Elle me dit, d'une voix empreinte de tristesse:

« E-Excuse moi ... » 

Hésitant, je saisis d'abord sa main, puis voyant qu'elle ne se retire pas, j'attire la jeune fille contre moi. Je la serre dans mes bras, mes mains frottant maladroitement son dos. Sans la désserer, je murmure son prénom dans son oreille. Je ne sais pas pourquoi j'agis ainsi, mais si ça lui fait du bien, c'est tout ce qui compte. 
Je sens son cœur battre au même rythme que le mien. 
Sans réfléchir, je lève une de mes mains et la glisse dans ses cheveux, commençant à eux aussi les caresser. Je me sens étrange. 
Akane se calme et je murmure:

- Ça va mieux ? 

Je la laisse poser sa tête sur mon épaule, des papillons s'envolent dans mon ventre à ce contact.

_________________


Meurci Balty :
Blblblblbl les p'tits namoureux **:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 24
Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 13
Localisation : Derrière toi ...

Feuille de personnage
Connaissances:
55/500  (55/500)
Agilité/Souplesse:
58/500  (58/500)
Rapidité / Précision:
17/500  (17/500)
Voir le profil de l'utilisateur




Akane Uzumaki
Co-fondatrice
Lun 17 Avr - 18:08
Tu sens une douce sensation au niveau de ta main, et à travers ta vue brouillée de larmes, tu peux voir que la main de Yamiko prend la tienne avec douceur. Tu ne te retires pas, tout simplement parce que ce contact te fait chaud au coeur en plus de te réconforter. Puis Yamiko attire ton corps contre le sien, et tu le laisses faire pour te caler confortablement dans les bras du jeune homme. Alors qu'il serre sans trop forcer son étreinte, ses mains te frottent doucement le dos, comme pour t'apaiser. Il a raison, c'est comme s'il te berçait, et ça a le même effet. Tu fermes les yeux, alors que des larmes s'en écoulent lentement. Cette douce chaleur, ce parfum enivrant qui vient se coller à ta peau, son odeur. Et tu ne veux pas qu'il te lâche, tu voudrais rester dans son étreinte pour l'éternité. Puis un souffle chaleureux parvient dans ton oreille, répétant encore et encore ton prénom. Ça te fait tellement du bien. Personne ne t'avait réconforté comme tel avant. Tu sens le coeur de Yamiko battre à toute allure dans sa cage thoracique. Et le tien, au même rythme que le sien, esquisse bond après bond, au tempo d'une cavalcade. Puis Yamiko glisse une de ses mains dans tes cheveux, pour les caresser lentement et très doucement. Tu apprécies tellement ses gestes, si doux et attentionés. Peu à peu, tes sanglots se calment, et toi avec. Tu pourrais presque t'endormir là, calée contre Yamiko, entre ses bras chauds et réconfortants. Puis celui-ci murmure toujours avec calme :

« Ça va mieux ? »

Tu hoches la tête avec du mal, sans pour autant décrocher le moindre mot. Voilà que les rôles étaient échangés. Toi, auparavant pipelette, avait pris la place du muet, et inversement. Puis, sans trop contrôler ce geste, tu poses ta tête sur l'épaule de Yamiko, et tu essuies les dernières larmes qui coulaient sur ton visage de ta manche. Tu souris faiblement, de cette attention qu'a porté Yamiko sur toi. Et ton organe vital bat la chamade dans ta poitrine, et cogne à toute allure. Tu respires le parfum du jeune homme, cette si douce odeur qui enivre ton esprit. Puis tu tousses un peu, avant de murmurer :

« Merci Yamiko-kun, merci pour tout. »

Tes joues s'empourprent un peu plus, et les maigres traces de rougeurs qui étaient apparues auparavant sur ton visage s'épaississent. Les larmes ne coulent plus, et tu les as essuyées fougueusement de ta manche. Tu espères secrètement que ton visage n'est pas trop rougi par les larmes, pour ne pas alarmer Koro-sensei lorsque tu retourneras en classe, mais c'est peine perdue. Tant pis, tu auras juste à lui dire que tu ne veux pas en parler, que c'est personnel. Toujours dans les bras de Yamiko, tu te laisses bercer doucement, les yeux clos. Puis soudain, tu les ouvres et tu plantes ton regard dans celui du jeune homme, enlevant peu à peu ta tête de son épaule. Tu restes cependant à l'intérieur de son étreinte, tu ne veux pas t'en échapper, surtout pas. Puis, comme pour le remercier, tu viens installer un baiser sur sa joue, toujours avec ce sourire pur et sincère. Tout ton visage rougit de ce geste pourtant fait de ton plein grès. C'est ta manière à toi de lui dire merci de t'avoir réconforté alors qu'il ne connaissait même pas la cause de ton malheur. Ce sentiment si étrange et euphorique qui te prend de haut, tu ne le connais que trop mal, car tu ne l'as jamais ressenti. Pourtant, tu serais sûre de quelque chose qui produit ce ressenti, Yamiko te fait beaucoup d'effet. Tu fermes les yeux et ton sourire s'agrandit encore. Ce n'est même plus de l'effet, c'est de la magie. Comme ce philtre d'amour dans les contes romantiques, celui qu'une vilaine sorcière produit pour qu'un beau prince tombe amoureux d'elle. Sauf que ce n'est ni une sorcière qui l'a produit, ni pour qu'un beau prince tombe raide dingue de toi. C'est naturel, c'est comme ça. Des papillons viennent chatouiller tout ton corps, ton coeur bat la chamade, les traces de rougeurs sur ton visage s'emplifient. Tu voudrais respirer pour toujours ce parfum enivrant  qui émane du jeune homme, être pour toujours dans son étreinte lâche mais douce et chaleureuse. Tu voudrais surtout entendre pour toujours la voix suave et douce de Yamiko, l'entendre pour toujours murmurer ton nom. Après tout, ce ne sont que de simples effets d'un enchantement produit soudainement mais naturellement.

_________________


Akane x Yamiko :

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassination Classroom :: Le jeu :: La classe E :: Salles de cours-
Sauter vers: